Histoire du Dog Tag

Archives

L'histoire du Dog Tag

Le « Dog Tag » est un accessoire important de la culture populaire américaine. Il a été mystifié par le cinéma des années 70-80 au travers des films racontant la guerre du Vietnam.


Bien que la guerre existe depuis que l’homme est homme, ce  n’est pourtant qu’à la fin du 19ème siècle, durant la guerre de Sécession, que celui-ci juge utile de pouvoir identifier les corps des soldats tombés au champ de bataille. Cette initiative ne vient pas des institutions militaires, mais des populations civiles. L’occasion de réfléchir, un instant, à la place et à la valeur de l’individu dans la société occidentale. Pourquoi à ce moment là ? Pourquoi l’individu a soudain plus de valeur, au moment même où la notion de famille devient plus importante ? Au moment même où à Vienne, Freud invente la psychanalyse…

C’est donc, pendant la guerre de Sécession, que les soldats utilisent d’abord du papier, sur lequel ils notent leurs noms et adresses et qu’ils épinglent au dos de leurs manteaux. Certains font graver la boucle de leurs ceinturons avec les mêmes informations, d’autres utilisent des pièces ou plaques de laiton.

 

Lors de la 1ère  guerre mondiale, un artisan berlinois propose au Ministère de la Guerre allemand, de créer des plaques militaires sur le modèle des plaques pour chien qui justifiaient que le propriétaire de l’animal s’était bien acquitté de la taxe due.  C’est l’origine de l’appellation populaire « Dog Tag », en français « plaque de chien »,  pour désigner plus communément les plaques d’identité militaire.

Aux Etats-Unis, l'armée américaine autorise pour la première fois le port des plaques d'identification dans l'ordre général n° 204 du Département de la Guerre, daté du 20 décembre 1906 :
« Une plaque d'identification en aluminium, de la taille d'un demi-dollar argenté et de l'épaisseur appropriée, emboutie avec le nom, le rang, la compagnie, le régiment du porteur, sera portée par chaque dirigeant et homme enrôlé dans l'armée et toutes les fois où le soldat combattra sur le champ de bataille.
La plaque doit être suspendue au cou du soldat, sous l'habillement, par une corde ou une lanière passée par un petit trou. On la prescrit comme pièce de l'uniforme, et quand elle est non utilisée comme indiqué ci-dessus, elle sera en possession du soldat. La plaque sera émise par le Département de la Guerre à titre gratuit aux hommes enrôlés»

Sur la plaque, les informations évoluent au fil du temps. On y trouve désormais, en plus du nom et de l’adresse du soldat, son groupe sanguin, son n° de sécurité sociale, ainsi que sa religion, information nécessaire pour la bénédiction appropriée des funérailles.

 

La plaque est doublée. Soit en deux pièces distinctes, soit en une seule pièce, en partie percée dans sa moitié afin de pouvoir la diviser en deux.  Un exemplaire reste sur le corps du soldat, et l’autre est destinée aux archives de l’armée. L’armée américaine produit des plaques doubles, quand l’armée française ou l’armée israélienne produisent des plaques simples. Il est d’usage chez certains soldats israéliens de placer une plaque d’identification dans un talon de chaussure, de façon à ce qu’elle soit définitivement à l’abri de l’ennemi, et que l’identification soit possible en toutes circonstances.

Durant la guerre du Vietnam, les soldats américains rajoutent un « silencieux » en caoutchouc autour des deux plaques, de façon à ne pas se faire repérer en pleine jungle avec le tintement du métal.

Le Dog Tag, longtemps réservé aux passionnés d’articles militaires, est aujourd’hui devenu un véritable accessoire de mode, certaines marques de prêt à porter de luxe en proposent même comme de vrais bijoux.

Sur notre Eshop « Du Côté De Chez Joe », et dans le même esprit, nous avons choisi de vendre de véritables bracelets d’époque ayant appartenus à des soldats américains durant la 2nde guerre mondiale. Ils étaient très souvent offerts par leurs petites amies avant le départ au front. Sont gravés devant, le nom et le N° d’identification militaire du soldat, et au dos, un mot doux et le prénom de sa bien aimée. Cela nous a semblé plus romantique et moins morbide que les Dog Tag. 

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA

This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.