La grande dépression

Archives

A New-York, le jeudi 24 octobre 1929, les spéculateurs paniquent, les cours boursiers, la finance, le système bancaire et l'économie s'effondrent.
C'est le jeudi noir. La grande dépression commence et changera drastiquement le visage du monde durant les vingt années suivantes.

Comment cette crise nationale a-t-elle contaminé l’économie mondiale toute entière et renverser tous les équilibres géopolitiques déjà fragiles (onze annés seulement séparent cette catastrophe de la fin de la première guerre mondiale)?

D’emblée le taux de chômage américain atteint une augmentation de 9% pour arriver à 25% en 1933, la production industrielle est divisée par deux, les banques exsangues empêchent toute relance par manque de liquidité dans la population qui ne consomme plus. Deux millions d’américains vivent dehors, les gens se transforment en hommes-sandwich portant des panneaux autour du cou pour trouver un emploi, les jeunes font des concours de danse jusqu'au bout de la nuit pour gagner quelques dollars. 
C'est la misère.


Les banques américaines, dans la panique, exigent leurs intérêts des banques européennes ce qui va entrainer l'effondrement dominos en 1931.
Le gouvernement américain envoie l’armée en Allemagne, les militaires vident physiquement les coffres des banques devant le regard stupéfait du peuple allemand.
Deux ans plus tard, sur le terreau fertile de cette désespérance, Adolf Hitler prendra le pouvoir.
Toute l’Europe, mais également le Japon et les pays d’Amérique du Sud sont fortement touchés.

S’ensuivent le populisme et les mesures protectionnistes qui demeurent le seul programme économique des régimes totalitaires, les droits de douane explosent, le libre échange est à bout de souffle.

La deuxième guerre mondiale sera la conséquence dramatique de cette crise économique.

Montesquieu prévenait pourtant dans De l’esprit des Lois :
« Le commerce guérit des préjugés destructeurs et c’est presque une règle générale que, partout où il y a des mœurs douces, il y a du commerce; et que partout où il y a du commerce, il y a des mœurs douces. »
« L’effet naturel du commerce est de porter à la paix. Deux nations qui négocient ensemble se rendent réciproquement dépendantes: si l’une a intérêt d’acheter, l’autre a intérêt de vendre; et toutes les unions sont fondées sur des besoins mutuels. »

L'économie est relancée aux Etats-Unis par Roosevelt avec une politique interventionniste où l'état investit dans des grands travaux nationaux, le New Deal.
​Il me semble nécessaire de souligner que Barack Obama, suite à la crise financière de 2008, a souhaité mener cette même politique que malheureusement la majorité parlementaire républicaine a refusé de voter. 

En Europe, la deuxième guerre mondiale laisse les pays en ruine où tout est à reconstruire. 
En France notamment l'économie sera florissante durant trente ans jusqu'au choc pétrolier de 1973, les trentes glorieuses seront une parenthèse enchantée.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA

This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.