Lui octobre 2015 en cinq points et +++

Archives

Lui comment octobre 2015

1. Edito Frédéric Beigbeder - P.25
Face à un dessin de Wolinski avec son épouse : « Ensemble nous avons contemplé cette fille qui soulève sa jupe pour nous montrer la signature d’un artiste décapité. »
Comme c’est bien écrit Monsieur Beigbeder, et surtout quel plaisir de retrouver un peu de  politique et de panache dans vos éditos, même si pour mon plus grand bonheur une légèreté subsiste.
Beigbeder a cinquante ans et il a aussi deux ans ou quand la maturité rencontre la candeur. C’est le propos majeur de son dernier roman Oona et salinger, un livre remarquable.

2. L’entretien Valérie Lemercier - P.26
Badinage entre sales gosses issus du même milieu. On plaisante, on se raconte sa petite vie, on mange du caviar dans un lieu décoré par la sœur de l’invité du mois, Valérie Lemercier. Dans l’intimité de celle-ci, Beigbeder est bien moins politique que dans son édito. On sourit parfois, on n’échappe pas au pipi-caca, et finalement on s’ennuie assez… Ils ont sûrement passé une bonne soirée mais cette fois-ci ça ne fait pas un bon papier.

3. La fille en couverture Naomi Campbell - P.102
J’enfonce une porte ouverte en vous  révélant que la panthère noire est tout simplement sublime sur les photos.
M. Libérati à la plume revient sur sa mauvaise réputation qui n’aurait que pour seule origine sa couleur de peau.
Elle est belle, elle est riche, elle est noire, dans notre West World où seulement 3% des mannequins sont de couleur, est-ce bien raisonnable ?

4. Reportage Profession pirate - P.130
Robin des bois écolo et armé, Pete Bethune sillonne notre planète pour défendre la faune et la flore des braconniers en tous genre. Il est assisté de vétérans des troupes d’élite des armées occidentales qui appliquent dans cette lutte les mêmes méthodes que sur les terrains de guerre irakiens ou afghans.
Entreprise financée car filmée et diffusée sur sept chaines de TV, elle est pourtant totalement illégale et légèrement controversée. Les cols blancs auraient enfin compris les problèmes d’environnement et les actions de forces seraient alors obsolètes et déplacées ?
En attendant que de grandes décisions soient prises par les officiels, appliquées puis respectées, les poissons lui disent merci !

5. Il était une fois… La traque - P.160
Encore une belle ordure ce mois-ci, James Whitey bulger, ancien parrain de la pègre irlandaise de Boston.
Ultra violent, mégalo, bref psychotique, il a régné sur la ville durant des décennies grâce au concours du FBI et de son frère, James, sénateur du Massachusset. Les fédéraux l’avaient recruté comme indic alors qu’il faisait déjà parti des chefs en place afin de faire tomber le parrain du gang rival à celui de Bulger.  Ce deal gagnant a fait sa fortune et lui a donné l’exclusivité des affaires. Jusqu’au jour où la Drug Enforcement Administration siffle la fin de la partie. Prévenu par les Feds, Bulger s’éclipse et entame une cavale qui va durer dix sept ans. Deuxième homme le plus recherché aux Etats-Unis après Oussama Ben Laden, il est enfin arrêté en 2011. A quatre-vingt cinq ans, il est le prisonnier le plus adulé des pénitenciers américains, dernière véritable icône du crime.

+++
Vestiaire
 - P.52
Les photos sont superbes et les mannequins aussi.

+++
C’est qui elle?
Carly Fiorina - P.76
Seule femme candidate aux primaires des républicains aux US, Carly Fiorina a tout pour plaire, pro-vie, anti-état, anti mariage gay, anti drogue. Heureusement, et faut-il y voir un lien de cause à effet, elle est nulle et sans charisme.  Elle reste célèbre pour avoir fait sombrer Hewlett-Packard et enchaine depuis les défaites électorales. Ouf !

+++
Entretien politique
Rama Yade - P.78
Elle s’exprime bien mais ce n’est pas suffisant pour savoir où elle campe, et c’est un peu le problème. Sarkozy exprimerait en privé qu’il ne serait pas vraiment de droite, elle exprime à mots couverts qu’elle le soutiendrait à la primaire, mais elle-même serait-elle de gauche, en tous cas pas vraiment de droite.
Peu de conviction, surtout des circonvolutions  et une action politique bien faible .

+++
Le saviez-tu?
La first lady s’appelait Dimitri - P.84
Papier sulfureux sur la relation Poutine Medvedev façon love story. Autopsie d’un couple très amusante, appuyée par des photos cocasses voir coquines.

+++
Lu par Lui
Moteuuuur! - P.94
Mémoires de Jacques Thorens, projectionniste, mais aussi caissier, videur, assistant social, bref tenancier du Brady, dernier cinéma permanent parisien disparu en 2003.
Cinéma synonyme de cour des miracles, c’est là que j’ai vu enfant avec les copains tous les Bruce Lee, des westerns de série z et des films de science fiction en carton pâte.
La faune qu’on y trouvait aurait pu choisir le pmu, pour le meilleur et surtout pour le pire, elle préférait le cinéma, même mauvais. A lire !
Le Brady, cinéma des damnés, de Jacques Thorens, éditions Verticales, 336 pages.

+++
Vie pratique
Immortalité - P.128
Mode d’emploi précis pour rester en vie le plus longtemps possible, voir éternellement… Hilarant !

+++
Photos
Larissa - P.150
Très jolie Larissa !

+++
Le mondain anonyme
- P.190
Pour les deux Isabelles (Huppert&Adjani) qui se croisent à des funérailles. 
Et encore pour Blanchette qui décide de se faire tatouer "Exit Only" au-dessus des fesses pour indiquer qu'elle n'apprécie pas certaines pratiques...

Ceci n’est pas un résumé du magazine afin de vous éviter de le lire, au contraire. Addicte des « Lui » anciens que je collectionne depuis de nombreuses années, j’ai été très agréablement surprise par la qualité de la version moderne et de sa fidélité à l’esprit de la version ancienne. Mission plutôt difficile dans un contexte de crise quand on se souvient de l’insouciance des années soixante, soixante-dix et quatre-vingt. J’ai un plaisir fou à le lire, justement parce que j’y retrouve cette insouciance, sensation en voie de disparition. C’est donc un bonheur de le partager avec vous. A vos kiosques!

 

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA

This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.